Élection présidentielle française : la peur du gouffre. Entretien avec Jean-Jacques Kupiec

A quelques jours de l'élection présidentielle, le cauchemar d'une victoire de la candidate du Rassemblement national. “Il ne faut pas se bercer d’illusions et croire à la fable que Marine Le Pen est devenue modérée. Son programme est toujours d’extrême-droite”.
GUIDO MOLTEDO
Condividi
PDF

versione italiana

Un film d’horreur, terrifiant, si Le Pen devait gagner l’élection présidentielle. C’est l’idée qu’on se fait ici d’Italie de ce qui pourrait se passer dimanche prochain et ensuite le dimanche du second tour… Mais n’est-ce pas un peur exagéré ? L’extrême droite gouverne plusieurs villes en France. De plus, il existe des obligations internationales, auxquelles même un pays important comme la France doit se soumettre, comme l’Union européenne, l’OTAN, l’ONU
Non ce n’est pas exagéré. Il ne faut pas se bercer d’illusions et croire à la fable que Marine Le Pen est devenue une modérée. Son programme est toujours d’extrême-droite. Ceci étant dit, il y a un élément qu’on a tendance à oublier : pour réellement prendre le pouvoir, et avoir les moyens de mettre en œuvre son programme, il faut qu’elle gagne les élections présidentielles et ensuite les législatives, ce qui est encore loin d’être acquis. Mais, sa dynamique actuelle dans les sondages est inquiétante, et si par malheur cela se produisait, c’est la France de Pétain qui reviendrait au pouvoir. Et, en tant que présidente, avec une majorité au parlement, elle aurait d’immenses pouvoirs. Sa première mesure, à ce qu’elle affirme, sera d’engager par référendum une révision de la Constitution pour instaurer une ségrégation entre français et étrangers, pour instaurer « la préférence nationale », ce qui revient à une  mise en cause pure simple des principes républicains. À partir de là, je ne suis pas devin, mais tout devient incertain et le pire est possible. En ce qui concerne l’Europe, le grand ami de Le Pen, Orban vient de gagner les élections en Hongrie. On sait que c’est déjà en soi un grave défi pour l’Union Européenne, que se passera-t-il si l’UE est confrontée à un duo Le Pen -Orban ? En ce qui concerne la situation internationale et l’OTAN, Le Pen a réaffirmé il y a trois jours qu’elle considérait toujours Putin comme un allié potentiel de la France ! On peut craindre que la France sorte de l’OTAN. Il y a beaucoup de gens en France à droite et à gauche qui le souhaitent. Ils sont nostalgiques et rêvent que la France redevienne une grande puissance comme par le passé. L’ironie de cela est que Le Pen se réclame du general De Gaulle alors que sa famille politique s’est battue contre lui et a essayé de l’assassiner au temps de la guerre d’Algérie. 

Jean Jacques Kupiec

Lors des précédentes élections présidentielles et lors de nombreuses élections politiques antérieures, l’extrême droite n’a pas réussi à passer parce que la droite “mainstream” n’a pas accepté l’alliance avec la droite de Le Pen. Qu’est ce qui a changé? Qu’est-ce qui rend possible aujourd’hui une unité des différentes droites ?
Il n’y a pas d’union des droites au sens d’une union des partis de droite. Le parti Les Républicains n’envisage pas de s’allier au Rassemblement National. Mais il est très affaibli. Valérie Pécresse est donnée à moins de 10 % dans les derniers sondages. C’est un effondrement historique ! Un peu comme ce qui s’est passé avec la Démocratie Chrétienne en Italie. Ce qui a changé c’est la présence d’un autre candidat d’extrême droite, je parle de Zemmour, qui capte une grande fraction de l’électorat de la droite républicaine classique et va l’amener à voter Le Pen au 2ème tour. C’est un phénomène qui vient de loin. Pendant des années plusieurs media l’ont laissé s’exprimer. Il est devenu un commentateur politique vedette et ses idées ont diffusé et se sont enracinées dans la population. Dans le même temps, il faut se souvenir qu’il y a eu des attentats islamistes terribles en France et que cela facilite la diffusion des discours anti-musulmans. D’ailleurs, le procès des protagonistes des attentats de 2015 a lieu en ce moment. Aujourd’hui si on additionne les voies de tous les candidats d’extrême droite, on est à 30-35 %, comme Hitler en 1933 ! 


La gauche française est aujourd’hui très fragmentée. Penses-tu que le danger d’une victoire de l’extrême-droite puisse provoquer l’unité des différentes composantes de la gauche? Ce qui serait presque miraculeux aujourd’hui !
Il y a 10 ans, Hollande gagnait les élections et devenait président. Aujourd’hui Anne Hidalgo est donnée à 2 % dans les sondages. Que s’est-il passé  pour qu’on en arrive là ? Là aussi, cela vient de loin. Dès le référendum de 2005 sur la constitution européenne, il est apparu qu’il y avait en réalité deux gauches très différentes: une gauche sociale-démocrate pro-européenne et une gauche qui se prétend radicale anti-européenne. Le clivage entre ces deux gauches est trop profond pour qu’elles puissent gouverner ensemble. Hollande a  cherché à séduire la gauche radicale pour obtenir ses voix au moment des élections en maintenant une certaine ambiguïté rhétorique. Il y a la fameuse phrase « je n’ai qu’un seul ennemi :la grande finance » prononcée lors d’un de ses grands meetings qui est très célèbre et qui lui est restée comme un boulet attaché à son pied ! Ensuite lorsqu’il a gouverné et qu’il a mis en œuvre une politique sociale-démocrate, il a perdu sa base électorale. Évidemment je simplifie, se sont ajoutées toutes les dissensions internes du parti socialiste, mais celles-ci viennent en fait de la contradiction entre les deux gauches et la difficulté à assumer une politique réformatrice. Depuis, la majorité des sociaux-démocrates a rejoint Macron, et le parti socialiste s’est effondré. Je ne sais pas ce qui se passera après une victoire de l’extrême-droite. On peut rêver d’un sursaut rédempteur mais il est probable qu’il faudra beaucoup de temps pour s’en relever. Dans la situation présente, l’aveuglement des hommes politiques de gauche qui, face au danger, sont incapables de s’unir est terrifiant et me rend pessimiste. 

Marie Le Pen et Viktor Orbán

Mélenchon utilise des thèmes populistes qui ne sont pas sans rappeler ceux de la droite de Le Pen. Quel genre de gauche est la sienne?
Je crois que je viens de répondre en partie à la question. De plus, qu’il y ait des affinités et des convergences entre l’extrême-gauche et l’extrême droite n’est pas vraiment une nouveauté. Cela a toujours été le cas. En Italie, Mussolini avait été socialiste, nazi signifie national-socialisme, les gouvernements fascistes ont mis en œuvre des politiques sociales pour séduire les classes populaires … En ce qui concerne la situation actuelle, la convergence la plus nette entre les deux extrêmes est l’anti-européanisme. Plus en profondeur, ce que partagent les extrêmes c’est la haine : pour l’extrême gauche,  c’est la haine des bourgeois et pour l’extrême droite c’est la haine de l’étranger. La haine est le fond commun qui les anime.



Macron, au cours de sa présidence de cinq ans, n’a pas réussi à consolider son leadership dans le camp progressiste. La gauche continue de se méfier de lui, le considérant un peu comme Blair…
Oui, ou Renzi en Italie. Aujourd’hui Macron rassemble largement le camp modéré et progressiste. Beaucoup de membres du parti socialiste l’ont rejoint. Mais je crois qu’il y a une grande difficulté à gouverner lorsqu’on est modéré et rationnel dans notre monde complexe, traversé par de multiples crises : géopolitique, migratoire, écologique. Ces crises sont des sources d’inquiétude et il n’y a pas de solution facile pour y répondre. Dans cette situation, les discours simplistes de démagogues populistes prospèrent, précisément parce qu’ils apportent des réponses simples et rassurent les gens à bon compte. 

Le candidat @EmmanuelMacron en centre-Finistère.

À quel point la pandémie et maintenant la guerre pèsent-elles sur le vote ?
La pandémie du Covid est un bon exemple de crise déstabilisante. Nous croyions que les systèmes de santé étaient solides et que les grandes épidémies appartenaient au passé et soudainement, arrive un virus, et on s’aperçoit que c’est faux. C’est une de ces crises qui créent de l’incertitude dont je viens de parler. Mais il y a un autre aspect. Je ne sais pas si c’est particulier à la France ou si c’est la même chose en Italie. Ce qui s’est passé pendant la pandémie est un bon exemple pour illustrer une ambiance très particulière qui permet aussi aux discours extrémistes de prospérer. Il s’agit d’une critique exacerbée de l’action du gouvernement, quel qu’il soit, de gauche ou de droite, qui finit par aboutir à une sorte de nihilisme. Et là, tout le monde est responsable. Je peux prendre l’exemple du journal « Le Monde » qui est pourtant connu pour son sérieux. Pendant la pandémie, il y a eu des articles à la une, en première page, très virulents dénonçant la politique du gouvernement. C’est à mon avis totalement injustifié. Le gouvernement a mis en œuvre la politique qu’il fallait face à la situation, en gros ni mieux ni moins bien que les autres pays. On a l’impression que critiquer le gouvernement de manière systématique est devenu une question existentielle pour beaucoup de journalistes, que cela prouverait leur indépendance d’esprit et l’acuité de leurs analyses, et aussi d’hommes politiques, ce qui peut se comprendre un peu mieux. Mais le résultat est un climat de crise et de conflit permanent même sur des sujets pour lesquels il devrait y avoir un consensus. La guerre en Ukraine est une autre de ces crises qui bouleversent le monde. Elle remet en cause l’équilibre européen. Nous croyions la guerre expulsée du continent et la voilà à notre porte. C’est évidemment aussi générateur d’angoisse. Tous ces facteurs, ajoutés les uns aux autres créent une situation sur laquelle Le Pen peut surfer.

Des militants de la @Reconquete2022

Il y a traditionnellement des différences profondes entre la France des villes et la France rurale ou provinciale. Est-ce toujours le cas au vu de la transformation rapide des modes de vie, le clivage est-il toujours si important et qu’en est-il politiquement ?
Vaste sujet qui mériterait de longs développements ! Le Pen attrape un peu de tout partout. Il y a un vote rural en sa faveur dans certaines régions, parfois dans des villages où il n’y a ni problème de sécurité, ni immigrés et un vote ouvrier dans des régions traditionnellement à gauche comme le nord. Ce sont des régions qui ont subi une désindustrialisation et où les gens se sentent déclassés. Et, il il a aussi un vote d’extrême droite traditionnel, une résurgence du passé dans des classes sociales qui ne sont pas forcément les plus défavorisées. En sens inverse, des régions catholiques historiquement conservatrices comme la Bretagne, résistent mieux que les autres. Elles ont voté pour Mitterand et Hollande, puis massivement Macron en 2017. Peut-être que les valeurs chrétiennes permettent de freiner la progression des discours haineux. Effectivement, la transformation rapide de la société fait que les vieilles grilles de lecture sont obsolètes pour comprendre ce qui se passe.  Les nouvelles technologies de l’information ont un effet contradictoire. D’un côté elles rapprochent  la ville et la campagne. Les personnes qui vivent dans les zones rurales ou péri-urbaines savent ce qui se passe à la ville en temps réel et sont en contact permanent. Mais d’un autre côté, du fait qu’elles l’ont sous les yeux en permanence, cela accentue parfois leur sentiment de déclassement, d’être laissées sur le bord de la route, et cela explique peut-être en partie la crise des gilets jaunes qui a aussi marqué le quinquennat de Macron et qui a été un autre terreau fertile pour Le Pen … Bon, après tout ce constat déprimant, j’arrête et j’espère quand même que cela va bien se passer et qu’on ouvrira une bouteille de prosecco …

Élection présidentielle française : la peur du gouffre. Entretien avec Jean-Jacques Kupiec ultima modifica: 2022-04-05T19:50:00+02:00 da GUIDO MOLTEDO
Iscriviti alla newsletter di ytali.
Sostienici
DONA IL TUO 5 PER MILLE A YTALI
Aggiungi la tua firma e il codice fiscale 94097630274 nel riquadro SOSTEGNO DEGLI ENTI DEL TERZO SETTORE della tua dichiarazione dei redditi.
Grazie!

VAI AL PROSSIMO ARTICOLO:

POTREBBE INTERESSARTI ANCHE:

Lascia un commento